Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Aptitude Financière L'OPC Profil de risque de l'OPC

Profil de risque de l'OPC

Un aperçu des divers risques associés à un OPC et / ou son compartiment(s).

Pour qu'un investisseur potentiel ait une idée concise du profil de risque de l'OPC, il suffit qu'il en lise le "document des informations clé pour l’investisseur". Dans ce document, l’indicateur de risque synthétique est inclut ainsi qu’une description des principaux risques. Cet "indicateur de risque" synthétique se compose d'un chiffre et est publié en indiquant l'échelle sur laquelle sont portés le risque maximal et le risque minimal.

 

Pour qu'un investisseur potentiel ait une image complète du profil de risque de l'OPC, il suffit qu'il en lise le "prospectus". "L'arrêté royal du 12 novembre 2012" dispose en effet que l'OPC doit donner dans son prospectus une description des divers risques qui sont importants et pertinents pour l'investisseur et doit mentionner dans l'annexe de son prospectus l'indicateur de risque synthétique. En bref, le prospectus de chaque OPC belge contient une description avec des explications concernant chaque risque important qui découle de la "politique d'investissement" ou de la stratégie d'investissement de l'OPC en rapport avec certains marchés ou actifs.

 

Pour une description du profil de risque de l'investisseur, "cliquez ici".

 

Risques spécifiques pour les OPC

Vous trouverez ci-après un aperçu des divers risques spécifiques aux OPC:

  • Le "risque du marché";
    Il s'agit du risque que tout le marché ou une catégorie d'actifs (par exemple  marché d'actions, marché obligataire, etc.) ne baisse, ce qui pourrait influencer le prix et la valeur de l'actif en portefeuille.
  • Le "risque de crédit";
    Il s'agit du risque qu'un organisme émetteur (émetteur) ou une contrepartie, en raison de sa défaillance consommée, ne respecte plus ses engagements.
  • Le "risque de dénouement";
    Il s'agit du risque qu'un règlement par un système de paiement ne soit pas effectué (parce que le paiement ou la remise par une contrepartie ne sont pas effectués ou, du moins, pas conformément aux conditions initiales).
  • Le "risque de liquidité";
    Il s'agit du risque qu'une position ne puisse pas être liquidée à temps à un prix raisonnable. En bref le risque qu'un OPC - qui veut vendre les actifs de son portefeuille pour ainsi disposer de liquidités - ne trouve pas dans un délai normal une contrepartie qui souhaite offrir le prix normal du marché pour les actifs proposés. Il indique donc si un OPC investit ou non dans des instruments qui peuvent être négociés facilement.
  • Le "risque de change";
    Il s'agit du risque que la valeur d'un investissement soit influencée par les fluctuations des taux de change .
  • Le "risque de conservation";
    Il s'agit du risque de perte des actifs donnés en dépôt en raison de l'insolvabilité, de la négligence ou d'actes frauduleux du dépositaire/sous-dépositaire.

Remarque: l'investisseur dans un OPC est certes couvert en cas de faillite du dépositaire étant donné que l'investisseur peut prétendre en tant que créancier privilégié à son patrimoine investi. Pour plus d'informations, "cliquez ici".

  • Le "risque de concentration";
    Il s'agit du risque lié à une grande concentration des placements dans certains actifs ou sur certains marchés.  Plus grande est la distribution au sein de l'OPC, plus faible est le risque de concentration.
  • Le "risque de performance";
    Il s'agit des risques qui grèvent le rendement. Le risque de rendement est une combinaison, d'une part, du risque du marché (voir précédemment) et, d'autre part, du degré de politique active du gestionnaire. Le risque peut varier selon les choix de chaque OPC ainsi que selon l'existence, l'absence ou les limitations des garanties éventuelles de tiers.
  • Le "risque de capital";
    Il s'agit des risques qui grèvent le capital. Le risque du capital renvoie au degré de protection du capital dont bénéficie l'OPC.
  • Le "risque de flexibilité";
    Il s'agit du risque d'inflexibilité qui est dû au produit lui-même, y compris le risque de rachat prématuré et de limitations du passage à d'autres offrants ; en d'autres termes, le risque que l'OPC, par la nature des titres dans lesquels il investit, ne puisse intervenir d'une manière aussi flexible qu'il le voudrait.
  • Le "risque d'inflation";
    Le risque que les titres dans l'OPC perdent de leur valeur en cas de hausse de l'inflation. Par exemple, c'est typiquement le cas des obligations à long terme avec un taux d'intérêt fixe.
  • Le risque dépendant de facteurs externes.
    Il s'agit de l'incertitude à propos de facteurs externes impondérables tels que le régime fiscal, les guerres, les catastrophes naturelles, etc. .

Pour chacun des types de risque précédents qui sont indiqués dans le prospectus de l'OPC, un degré de risque est attribué aux types pertinents de portefeuilles d'OPC, allant de 'Néant' à 'Elevé' en passant par 'Faible' et 'Moyen'. Cette cotation est basée sur des paramètres objectifs.

Remarque: ce degré de risque (néant → élevé) qui est attribué à chaque risque ne doit pas être confondu avec "l’indicateur de risque" (1 → 7) qui est attribué à l'OPC ou à un compartiment dans sa totalité!