Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Aptitude Financière L'Investisseur Planification financière Ne vous laissez pas guider par la cupidité et l'angoisse

Ne vous laissez pas guider par la cupidité et l'angoisse

Bien à savoir concernant l'équilibre à chercher dans le profil de risque.

L'angoisse et la cupidité sont de mauvais conseillers pour déterminer le risque autorisé d'un portefeuille d'investissements.

 

Il est indiqué pour le client de respecter la "répartition" du portefeuille cible qui est adaptée à son profil de risque. Celle-ci est en effet le résultat de recherches approfondies par une équipe professionnelle et évolue - en fonction des perspectives du marché - dans des limites préalablement définies. Cela signifie qu'après une forte hausse des marchés boursiers, mieux vaut vérifier si le pourcentage (d'OPC) d'actions dans votre portefeuille ne doit pas être diminué légèrement.  Cela signifie inversement qu'après une "correction" importante, mieux vaut vérifier si le pourcentage ne doit pas être légèrement augmenté. De cette manière:

  • Alignez le pourcentage d'actions à votre portefeuille cible;
  • Il y a moins de risques que vous manquiez la relance des marchés financiers.

 

Voici quelques exemples du passé pour expliquer cette pondération

Cupidité → « L'obsession » pour Internet à la fin du siècle dernier a démontré qu'après quelques années boursières prospères, les investisseurs sont devenus téméraires. Plus les marchés boursiers étaient en hausse, plus l'on voulait investir dans des actions dites TMT (technologie, médias et télécommunications), car, cette fois, les choses seraient différentes. Les critères traditionnels concernant la proportion entre le bénéfice d'une entreprise et le cours de ses actions seraient obsolètes. En raison de la hausse de la productivité grâce à Internet, on prévoyait en effet que les gains futurs allaient connaître une augmentation substantielle. L'explosion de cette bulle de savon a lourdement porté préjudice aux téméraires de l'époque. Dix ans après, la bourse américaine pour les entreprises technologiques est encore cotée à 40% à peine de ses records historiques.

Angoisse  → Après la correction de la « bulle de savon Internet », les actions étaient assez bon marché au printemps 2003. Pourtant, de nombreux investisseurs hésitaient à réinvestir dans les actions. Etant donné que la relance la plus forte se produit dans la phase initiale, ils ont manqué une grande partie de cette relance.