Constituer un patrimoine

Une description de la constitution d’un patrimoine en mettant l'accent sur l'épargne pension.

Il est judicieux de constituer pendant la carrière active un patrimoine pour toutes sortes de "moments charnières", la période après la carrière active méritant assurément une attention particulière. Cela ne signifie cependant pas que l'on doive bloquer toute son épargne jusqu'à l'âge de la retraite.

 

La première étape, et aussi la plus logique, dans la constitution d'un patrimoine est la constitution d'une réserve minimale que vous pouvez prélever immédiatement en cas de besoin. Le montant de cette réserve doit être apprécié individuellement (mais 3 à 6 mois de revenus sont en l'occurrence une bonne référence, pour plus de suggestions "cliquez ici"). La nécessité d'une disponibilité immédiate permet également d'éviter tout risque de dépréciation du patrimoine épargné. Le rendement que vous pouvez attendre à cette occasion est plus ou moins égal à l'inflation attendue pour l'année suivante.

L'une des étapes suivantes dans la constitution du patrimoine est souvent l'épargne fiscale. Par épargne fiscale, on entend l'épargne pension pour laquelle investisseur peut bénéficier d'une exonération d'impôts, à savoir le "troisième pilier" de la pension. L'autorité prévoit un montant maximum annuel qui peut être fiscalement déduit. Mieux vaut ne prélever le capital de votre plan d'épargne fiscal qu'après l'âge de 60 ans car, sinon, il est grevé d'impôts importants (à savoir 33%).

L'épargne fiscale peut passer par une formule d'assurance (épargne à long terme) ou par le biais d'un compte d'épargne pension auprès de votre banque. Tant l'argent que vous épargnez via une formule d'assurance que via un compte d'épargne pension est respectivement investi sur les marchés financiers par l'assureur ou la banque. En bref: La principale différence entre les deux produits est qu'une formule d'assurance garantit un rendement minimum déterminé mais n'est pas tenue de distribuer plus alors qu'un compte d'épargne pension distribuera le rendement obtenu complet sans garantir un minimum. Les banques intègrent une certaine sécurité (légalement obligatoire) puisqu'une partie est investie dans des titres à revenu fixe (obligations). Le reste est principalement investi dans des actions. Plusieurs banques prévoient la possibilité d'opérer un choix entre plusieurs "profils de risque".

Outre l'épargne fiscale, il est naturellement possible aussi de constituer son propre patrimoine sans stimulants fiscaux, à savoir le "quatrième pilier" de la pension. Le montant d'épargne qui est pris en considération pour la réduction d'impôts, à savoir le troisième pilier, est en effet limité (en 2012, il était de 910 EUR). Plusieurs institutions financières offrent la possibilité d'investir périodiquement un même montant dans un ou plusieurs OPC. Un tel système présente l'avantage principal que les décisions "émotionnelles" et les erreurs de timing sont évitées. En effet, le même montant est automatiquement investi à échéances régulières dans le même OPC, plus de parts étant achetées en cas de "valeur nette d'inventaire" inférieure et moins en cas de valeur nette d'inventaire plus élevée.

 

Outre la constitution d'un patrimoine destiné à la retraite, de nombreuses personnes s'efforcent également de constituer un patrimoine pour l'achat de leur propre habitation ou pour le financement des études et le démarrage professionnel des enfants.