Fonctionnement des marchés financiers

Une description du fonctionnement des marchés financiers.

L'apparition de la monnaie

A l'origine, l'homme vivait pour assurer sa propre subsistance.

        ↓
Progressivement, il est passé au troc direct. Toutefois, tous les produits n'étaient pas aussi recherchés, ce qui a posé problème.

        ↓
La solution est apparue avec le troc indirect, impliquant la poursuite du commerce en nature mais en utilisant comme moyen d'échange des produits que tout le monde pouvait utiliser. C'est-à-dire que certains produits (tels que le sel) sont devenus des moyens de paiement. Cependant, au fil du temps, ce système a connu également ses limites étant donné que ces produits pouvaient être assez lourds et l'estimation de leur valeur s'avérait difficile.

        ↓
C'est ainsi que l'argent et l'or sont devenus des moyens de paiement. Les métaux précieux permettaient de limiter le poids mais il fallait toujours une balance pour estimer leur valeur.

        ↓
En créant des pièces en métaux précieux avec mention de la valeur nominale sur la pièce, ce problème a été résolu. Malheureusement, les montants élevés nécessitaient un grand nombre de pièces.

        ↓
Le papier-monnaie a offert une solution à ce problème. A l'origine, il fallait déposer ses pièces en dépôt chez un orfèvre qui remettait un reçu en échange. Ce reçu permettait de récupérer les pièces plus tard ou ailleurs. A mesure que la confiance dans les orfèvres a augmenté, l'usage de ces reçus s'est répandu.

        ↓
Pour harmoniser cependant les titres émis, la décision fut prise de faire émettre le papier-monnaie par une banque centrale. C'est ainsi que la monnaie est apparue.

 

Description des marchés financiers

Economiquement, un marché financier est un mécanisme qui permet aux individus de négocier des titres (comme: des actions ou des obligations, ...) mais aussi des matières premières (comme: des métaux précieux, des produits agricoles, ...) et d'autres biens de valeur facilement échangeables. Ces transactions peuvent intervenir pour des coûts de transaction faibles et à des prix qui traduisent toutes les informations disponibles et les perspectives d'avenir.

 

Les marchés financiers sont utilisés pour mettre en présence des personnes qui manquent de capitaux avec d'autres qui présentent un excédent de capitaux. Typiquement, cela implique qu'un débiteur signe une reconnaissance de dette dans laquelle celui-ci promet au créancier de rembourser le capital emprunté.  En échange du prêt des capitaux, le créancier attend une certaine compensation sous la forme d'intérêts (= indemnisation des capitaux prêtés) ou de dividendes (= indemnisation pour les actionnaires).

 

Type de marchés financiers

Les marchés financiers peuvent être répartis en différents sous-types, à savoir :

  • Le marché monétaire - qui sert à négocier et financer des dettes à court terme (voir ci-dessous) ;
  • Le marché des capitaux - qui sert à négocier des titres à long terme (voir ci-dessous) ;
  • Le marché des dérivés - qui délivre des instruments pour gérer les risques financiers (voir ci-dessous) ;
  • Le marché des devises - qui sert à faciliter le commerce des devises (voir ci-dessous).

 

Schématiquement:

PrêteursIntermédiaires financiersMarchés financiersEmprunteurs
Individus
Entreprises


Banques
Compagnies d'assurances
Fonds de pension
OPC
Marché monétaire
Marché des capitaux
Marché de dérivés
Marché de devises
(Marché interbancaire)
Individus
Entreprises
Autorité centrale
Communes
Entreprises publiques

 

Pour un aperçu des instruments financiers les plus courants, "cliquez ici".

 

Le marché des capitaux se compose d'un "marché primaire" et d'un "marché secondaire".
→ Sur le marché primaire, l'investisseur est mis en contact directement avec l'émetteur du produit financier. Les titres nouvellement créés sont proposés sur le marché primaire.
→ Sur le marché secondaire, des instruments financiers existants sont négociés librement entre investisseurs. Dans ce cas, l'exécution d'une transaction n'a donc plus d'influence sur les engagements de l'émetteur. En bref, acheter une action qui est cotée sur "Euronext" revient à acheter cette action d'un autre investisseur qui la vend. Le capital de la société qui a émis initialement les actions n'est pas modifié par cette transaction.

 

Par ailleurs, une distinction est également opérée entre un "marché réglementé" et un "marché de gré à gré" (ce dernier est aussi appelé OTC ou Over The Counter).

→ Un marché réglementé implique que les ordres boursiers sont transmis dans un centre financier qui centralise tous les ordres et compose un carnet d'ordres pour chaque instrument financier. Ce centre financier est aussi appelé chambre de compensation ou clearing house. La conséquence est que l'investisseur ne connaîtra probablement pas la contrepartie.

→ Un marché de gré à gré, en revanche, est un marché sur lequel les deux parties sont mises en présence pour exécuter et conclure la transaction.

 

En cas de marché réglementé, une distinction est encore opérée entre un "marché dirigé par les ordres" et un "marché dirigé par les prix".

→ Sur un marché dirigé par les ordres, les différents acteurs du marché communiquent les ordres d'achat/vente. Sur la base de ces informations, un marché dirigé par les ordres calcule ensuite le cours boursier du titre de telle sorte que le volume maximal d'instruments financiers puisse être échangé. Tous les opérateurs sur le marché voient les différents ordres limites et les quantités offertes ou demandées. Le premier qui réagit est le premier servi.

→ Sur un marché dirigé par les prix, il existe à chaque fois des market makers ou teneurs de marché entre les investisseurs et le marché effectif pour ainsi garantir la liquidité du marché. Ces market makers procèdent en proposant des prix acheteurs et prix vendeurs constants auxquels les acheteurs et vendeurs potentiels peuvent négocier (le prix le plus bas pour les vendeurs, le prix le plus élevé pour les acheteurs). Tant qu'une limite d'achat ne correspond pas au prix du market maker, aucune transaction n'est exécutée.

 

Utilité du marché monétaire et du marché des capitaux

Sans les marchés financiers, ceux qui manquent de capitaux pourraient difficilement entrer en contact avec ceux qui disposent d’un excédent de capitaux. Ce processus est considérablement simplifié par l'entremise d'intermédiaires, comme les banques. Celles-ci peuvent en effet mettre des fonds à la disposition de ceux qui veulent emprunter - fonds qu'ils recueillent par les versements des épargnants. Cependant, pour les transactions plus complexes (que les prêts et hypothèques), il faut, outre des intermédiaires financiers, des marchés financiers sur lesquels les bailleurs de fonds peuvent rencontrer les emprunteurs pour faire affaire. Bref, le marché monétaire et le marchés de capitaux sont des endroits où les bailleurs de fonds et les emprunteurs peuvent entrer en contact pour échanger des fonds.

 

Prêteurs

Les particuliers sont souvent des bailleurs de fond sans en avoir vraiment conscience. En effet, ils apportent des fonds qui peuvent être prélevés par d'autres dès que l'une des opérations financières suivantes est exécutée:

  • Verser de l'argent sur un compte en banque;
  • Verser de l'argent dans un plan pension;
  • Payer des primes d'assurance;
  • Investir dans des obligations (d'Etat);
  • Investir dans des actions.

 

Les entreprises qui affichent un excédent de liquidités à court terme le mettront souvent à la disposition du marché financier par des prêts à court terme sur le marché monétaire. Les entreprises avec un flux de trésorerie positif solide peuvent choisir de racheter progressivement les actions que leur propre entreprise a émises. Cependant, elles peuvent souvent tirer un meilleur rendement de leurs flux de trésorerie solides en intervenant comme bailleurs de fonds et en investissant dans les obligations ou actions d'autres opérateurs.

 

Emprunteurs

Les particuliers peuvent se procurer l'argent (qu'ils n'ont pas) à court terme par des emprunts et à plus long terme par des crédits hypothécaires, pour financer par exemple l'achat d'une maison.

Les entreprises emprunteront souvent de l'argent à court ou long terme pour compenser leurs flux de trésorerie négatifs. Par ailleurs, elles emprunteront également de l'argent pour investir dans leur entreprise ou pour prospérer.

Les autorités devront prélever de l'argent si leurs dépenses ne peuvent être couvertes par leurs revenus. Pour financer ce déficit, les autorités peuvent adopter toutes sortes de taxes supplémentaires mais, souvent, les autorités se procureront les fonds nécessaires en émettant des obligations d'Etat. Naturellement, il apparaît ainsi une dette publique qui est souvent exprimée comme un pourcentage du produit national brut. Le risque est qu'une dette publique aille croissant parce qu'un certain rendement doit être proposé sur ces obligations publiques (en bref: des intérêts sont dus sur les fonds empruntés). Une possibilité pour les autorités de réduire la valeur de cette dette consiste à essayer d'influencer "l'inflation".

Les communes et autorités locales peuvent choisir d'emprunter de l'argent en leur propre nom ou de recevoir des fonds de l'autorité centrale.

Les entreprises publiques (telles que La Poste et la SNCB) peuvent également se procurer des fonds de différentes manières, par exemple par l'émission d'une obligation.

 

Les emprunteurs qui ont besoin de capitaux importants devront souvent faire appel au marché international des devises.

 

Utilité et fonctionnement du marché des dérivés

Sur les marchés financiers, les prix des actions, des obligations, les devises, les taux d'intérêt, ... sont constamment soumis à des fluctuations. Il en résulte naturellement différents risques. Les produits dérivés sont des produits financiers développés précisément pour contrôler ces risques. La couverture des risques en contractant d'autres positions est appelée en anglais "hedging".

P. ex.: si l'on possède des actions de l'entreprise ABC qui valent actuellement 40 EUR et que l'on veut se couvrir contre une baisse du prix de ces actions, on peut toujours acheter une option de vente par laquelle les actions peuvent par exemple être proposées à 40 EUR dans 2 ans. Si la valeur des actions ABC a baissé entre-temps à 30 EUR, on peut exercer l'option de vente et encore vendre ses actions à 40 EUR.

 

Utilité et fonctionnement du marché des devises en vue du marché interbancaire

Le marché des devises est un "marché de gré à gré" sur lequel les unités monétaires sont négociées pour ainsi déterminer la valeur relative des différentes devises. La valeur d'une devise déterminée par rapport à une autre devise est exprimée par le taux de change entre ces devises. Ce taux de change est fixé par un concours de facteurs économiques (régime fiscal, politique monétaire, balance commerciale, productivité, perspectives de croissance, ...), de conditions politiques (stabilité politique, agitation, ...) et de la perception du marché lui-même (rumeurs, ...).

Une transaction sur le marché des devises implique souvent qu'une partie achète une quantité déterminée d'une devise donnée en payant avec une quantité déterminée d'une autre devise.

Le marché des devises est unique parce qu'il s'agit d'un marché mondial qui est ouvert tous les jours ouvrables et sur lequel un volume immense est négocié, garantissant une "liquidité" élevée.

L'objectif principal du marché des devises est de soutenir le commerce international et les investissements. Par ailleurs, il offre naturellement aussi une marge de spéculation sur l'évolution des taux de change. Par ailleurs, de l'argent dans des devises stables fortes (devises à faible taux d'intérêt) peut être prélevé pour investir dans des devises moins stables (devises à taux d'intérêt élevé) dans l'espoir d'ainsi recevoir une indemnité pour le risque plus élevé.

Le marché des devises est donc un marché de gré à gré mais celui-ci n'est cependant pas accessible à tous. Les opérateurs sur le marché des devises sont:

  • Les banques et autres institutions financières;
  • Les banques centrales ;
  • Les spéculateurs ;
  • Les très grandes entreprises ;
  • Les autorités.


Hormis les instances précédentes, des importateurs/exportateurs et particuliers peuvent également être intéressés à la perspective d'acheter des devises étrangères. Donc, si un particulier souhaite acheter des devises étrangères, celui-ci devra placer son ordre auprès d'une banque. Le prix, un jour déterminé, auquel une banque vend une devise déterminée à ses clients (= « ask price » ou « offer price ») est supérieur à celui auquel elle achètera cette devise (= « bid price »). Cette différence de prix est l'indemnité pour la banque et dépend de l'ordre de grandeur (un importateur qui a besoin de 100.000 unités d'un dollar devra payer moins cher par dollar qu'un particulier qui n'a besoin 'que de' 1.000 unités).

Outre le fait que le marché des devises n'est pas accessible à tous, celui-ci est également réparti en niveaux d'accès. En l'occurrence, le marché interbancaire occupe la couche supérieure. Ce niveau est accessible uniquement aux banques commerciales et courtiers en valeurs mobilières, seuls capables de négocier de très gros volumes. La différence de prix entre bid price et ask price est très minime. Ainsi, le bid price pour le taux de change 'euro/dollar' peut-il être, par exemple, de 1,300 tandis que l'ask price pour le taux de change 'euro/dollar' est de 1,3001.

        ↓

Sur le marché interbancaire, les banques qui présentent un excédent de liquidités prêtent de l'argent aux banques qui en manquent. Ces prêts sont conclus uniquement à court terme (de 1 jour à 3 mois maximum, souvent)! L'indemnité que perçoit la banque prêteuse à cet effet est appelée le taux interbancaire (comme "l’EURIBOR" ou le "LIBOR"). Un élément crucial est que ce marché repose complètement sur la confiance mutuelle entre les banques car le marché interbancaire ne connaît pas de réglementation spécifique.